MANQUE DE CONFIANCE EN SOI
ET ESTIME DE SOI.

confiance-en-soi.jpg

LES ORIGINES DU MANQUE DE CONFIANCE ET OU DE L'ESTIME DE SOI

Le manque de confiance ou d’estime de soi est lié à l’enfance, à l’éducation reçue. Des rapports relationnels parentaux tumultueux, des violences psychologiques sont des sources de mal-être dans la vie courante liées à l’enfance. Ces types de traumatismes peuvent être à l’origine du manque d’estime de soi.

Il est tout à fait normal, dans son existence, de passer par des périodes de baisse d’estime et de confiance en soi : rupture, changement de travail, décès d’un proche… Elle va osciller selon les circonstances du vécu et de l’expérience durant notre vie.

Ce trouble psychique peut parfaitement se soigner par des thérapies multiples, telles que cognitives ou comportementales.

LES CONSÉQUENCES D'UN MANQUE DE CONFIANCE EN SOI 

La fuite est souvent une conséquence de ce malaise. L’individu se replie sur lui-même, s’isole. Que ce soit dans sa vie personnelle ou dans sa vie professionnelle, le manque de confiance l’empêche de se réaliser.

Lorsque sa représentation devient dévalorisante, les impacts sur la vie personnelle et professionnelle peuvent devenir très invalidants et amener la personne à consulter. Elle procrastine, remet à toujours plus long terme la réalisation de tâches différentes, entraînant de ce fait un stress qui lui-même renchérit sur le manque d’estime par non-réalisation. L’individu tourne en boucle dans son problème.

Ce manque de confiance en soi, cette crainte du regard, du jugement d’autrui, empêche l’individu de se réaliser. Cet état peut bouleverser totalement sa vie et son futur. 

Pouvant aller de la simple peur de prise de parole en public, allant au-delà d’une simple timidité, rendant dans certains cas la réalisation de projet professionnel impossible, à une réelle phobie de toute expression orale. Repli sur soi, dépersonnalisation, dé-sociabilisation, addictions, dépression, angoisses, sensations de douleurs physiques... 

Cela devient invalidant quand cet état s’installe durablement, pouvant glisser vers l’agoraphobie ou la dépression.

Devenu chronique, cet état peut aussi être amplifié par les phrases de la personne aimée ou convoitée : Si je l’invite à sortir elle (il) dira non, je ne suis pas assez bien – Donc vous restez seul (e), je suis nul (le) : ce qui surajoute à la mauvaise croyance. La critique de la petite voix interne qui vous opprime et ne vous laisse le choix que de vous dévaloriser. 

Dans la relation de couple, la personne trouve que tout ce qu’elle fait est insatisfaisant. La prise en charge des enfants, du foyer, le vécu, la démonstration de son amour pour l’autre, rien ne va. L’individu pense qu’il ne mérite pas d’être aimé. Il a peur de déplaire. Le conjoint ne comprenant pas toujours cet état d’être, l’équilibre du couple n’est pas stable et il peut s’ensuivre une mésentente, voire une rupture… qui là aussi renforcera le jugement interne.

L’individu n’ose pas interroger, affronter autrui au risque d’être confronté à sa propre peur.

L'HYPNOSE, UN BON MOYEN POUR RETROUVER UNE  CONFIANCE EN SOI 

De plus en plus les personnes en viennent à spontanément consulter dès l’apparition d’un blocage persistant avec répercussion sur leur vie en général.

L'hypnothérapie peut vous aider à remédier à ce traumatisme et à en sortir. Sans accompagnement, vous ne pourrez trouver le chemin de la guérison.

Les antidépresseurs et anxiolytiques, la médication par prise de produits naturels, peuvent être une aide complémentaire à l’accompagnement thérapeutique.

L’Hypnothérapeute va avec la personne, chercher la source du problème afin de pouvoir obtenir un résultat ciblé. La régression pourra être utilisée pour trouver l’origine du traumatisme. Mais bien souvent l’usage d’hypnose conversationnelle vous permettra de vous libérer et de livrer les sources des blocages et de les évacuer.

Elle reprend la véritable vision de sa personne face à son propre miroir, afin d’en apprécier à nouveau tous les aspects et renforce l’estime personnelle.  Une à trois séances sont nécessaires, suivant la personne, les techniques utilisées pour venir à bout du problème, le but n’étant pas de se précipiter mais de bien ancrer le résultat.

 

A rappeler : Pour les personnes souffrant de maladies mentales dissociatives (schizophrénie, paranoïa, psychose, troubles bipolaire), l’hypnose n’est pas recommandée, sans l’approbation d’un médecin spécialisé.

COORDONNEES

Adresse : 14 Boulevard Gambetta,  33980 Audenge

Téléphone : 07 66 22 99 20

Hypnose-Audenge | Facebook

  • Politique de confidentialité